Quand la voiture se rebelle…
par on juin 2, 2013 dans Voyage en Argentine

Bonjour bonjour,

Préparez-vous à lire un petit roman…! Oui, parce que dans cet article, on va vous résumer deux jours pendant lesquels on a absolument rien fait d’intéressant, mais pendant lesquels on a enchaîné les emmerdes…!

Alors, mercredi 29 mai, on avait un programme d’enfer ! On voulait quitter Chos Malal pour aller aux bains thermaux de Aguas Calientes, où l’on peut se baigner à même la rivière d’une température variant entre 40 et 80°C…! On peut aussi y voir des monstres Geysers et des cratères de boue…
 Autant dire que ça avait l’air juste troooop bien et qu’on aurait raté ça pour rien au monde…!!!

Comme Aguas Calientes se trouve à plus de 3 heures de route de Chos Malal, on s’est levé tôt ! À 8h, on a quitté notre hôtel et on s’est mis en route.
Tout s’est très bien passé jusqu’à ce qu’on arrive au village d’Andacollo (point B).

Agrandir le plan

À cet endroit, nous avions 2 possibilités pour rejoindre Varvarco, un village de montagne à 40 km d’Aguas Calientes, où on avait prévu de dormir. Soit on passait par le coté droit de la vallée, soit par le gauche, les deux se rejoignant à Varvarco. Le GPS nous indiquait de prendre à droite, du coup, ben c’est ce qu’on a fait…

On n’aurait pas dû, mais alors vraiment pas…! Après un petit moment de montée dans les montagnes, vers 10h15, on a traversé une petite flaque. Rien de bien exceptionnel, ça n’est pas la première flaque que l’on traverse et c’est loin d’être la dernière… Sauf que là, en sortant de la flaque pour une raison qui nous échappe totalement, la voiture c’est mise à faire un bruit vraiment très inquiétant… Du coup, évidemment, on s’est directement arrêté sur le côté, éteint le moteur et ouvert le capot.

Je ne m’y connais pas du tout en voiture, mais d’après ce que je voyais, je suis arrivé à la conclusion fort peu réjouissante que la courroie du moteur était sortie de son « circuit habituel » et s’était coincée entre deux roues…! En bref, plus moyen d’utiliser le moteur de la voiture, donc plus moyen de la déplacer…! SU-PER !!!
On s’est donc retrouvés coincés au milieu des montagnes, donc sans réseau pour appeler quelqu’un, à 12.5 km du village le plus proche…!

Deux solutions s’offraient à nous; attendre qu’une voiture passe pour lui demander de l’aide ce qui pouvait être rapide ou trèèèès long (le pire c’est qu’on avait croisé une voiture même pas 2 minutes avant d’avoir notre problème mécanique !!!), ou se taper 12.5 km à pied pour aller chercher de l’aide…
Après avoir essayé en vain avec des bâtons de décoincer la courroie, puis après un petit moment de réflexion, on a fini par se décider : Charlotte resterait dans la voiture au cas où quelqu’un arriverait par la route, et moi je marcherai jusqu’au village pour chercher de l’aide.

Je me suis donc mis en route pour au moins 2 heures de marche… Malgré la situation, j’ai quand même embarqué mon appareil photo! ^^ J’ai bien fait parce que le paysage était vraiment magnifique, et je m’en suis donné à coeur joie avec les photos ! Il faisait grand beau et les montagnes qui nous entouraient étaient justes sublimes ! J’ai même eu la chance de pouvoir observer 4 condors voler à quelques centaines de mètres de moi seulement ! C’était magnifique !
Après une heure de marche, je suis arrivé devant quelques maisons. Ca n’était pas encore le village, mais j’avais déjà fait 6 km, alors si je pouvais trouver de l’aide ici, c’était toujours ça de gagné ! ^^

Du coup, je suis allé toquer à la porte d’une maison. Une femme est venue ouvrir et, après que je lui ai expliqué tant bien que mal la situation, elle m’a indiqué un endroit, à environ 2 km de là, où je pourrai trouver quelqu’un qui s’y connaissait un peu en mécanique, mais elle n’était pas sûre qu’il soit là car il était peut-être en train de travailler à la mine ! 0__0
Je l’ai remercié puis je me suis remis en route en essayant de suivre au mieux ses indications. Mais bon, mon espagnol étant ce qu’il est, il m’a fallu redemander de l’aide un peu plus loin, à un petit garçon qui croisait mon chemin et qui était tout fier de pouvoir m’indiquer où était la personne que je cherchais ! ^^

Après avoir demandé une troisième fois ma direction à une personne, je l’ai enfin trouvé ! Il s’agissait du type qui tenait un mini-kiosque, où grosso-modo tout le monde venait s’approvisionner…! ^^
Je suis donc arrivé devant son mini-kiosque qui, bien entendu, était fermé ! Heureusement, il y avait une sonnette, alors j’ai essayé. Après quelques minutes, une femme est sortie de la maison d’à côté pour venir me répondre. Je lui ai expliqué la situation et elle m’a répondu que le monsieur que je cherchais était bel et bien là, mais qu’il dormait…!

Elle est tout de même allée lui expliquer la situation et, youpi, il s’est levé pour venir m’aider !
Il est donc sorti avec son fils pour démarrer leur 4×4. Il ont passés une 20aine de minutes à bidouiller à l’avant pour le faire démarrer…! Faut dire qu’il ressemblait plus à une épave qu’à un 4×4 ! XD
Pendant ce temps, la femme m’a offert un maté ! C’est incroyable ce que les gens ici sont hyper accueillants et hyper gentils, et c’est fou comme un petit maté après 1h15 de marche à un rythme soutenu (6 km/h de moyenne tout de même… Je l’ai senti passer le lendemain !^^), ça fait trooooop du bien ! ^^

Une fois la voiture démarrée, on est partis. On a mis au moins 15 minutes à arriver ! La vitesse de pointe de cet épave n’a pas du dépasser les 20 km/h ! ^^
Sur la route, on a eu la chance de voir un condor s’envoler à 3 mètres de la voiture même pas ! C’est incroyable de l’avoir vu d’aussi proche. C’est tellement énormes ces trucs ! D’aussi proche, c’est limite flippant tellement c’est gigantesque ! Imaginez, il fait presque 2 fois la taille de Charlotte lorsqu’il ouvre les ailes !!! XD

On est arrivés à la voiture vers 13h, je leur ai montré le problème et ils se sont mis au travail. Oui, ils se sont mis au travail…! Ils ont absolument tout fait, nous on a pu que regarder… Il leur a fallu environ 2 heures pour remettre la courroie en place, puis, après les avoir remerciés en leur donnant un peu d’argent et deux plaques de chocolat, on a enfin pu se remettre en route ! Il était alors environ 15h30 ! Notre arrêt forcé nous aura tout de même fait perdre plus de 4 heures ! Et on n’était pas encore au bout de nos peines !

Allez savoir pourquoi, au lieu d’être malins et de redescendre pour prendre la route qui passait par l’autre côté, on a continué sur cette route là, malgré que nos deux sauveurs nous avaient clairement dit que la route d’en face était meilleure que celle-ci.
Mais bon, on a pas réfléchis et on a continué sur cette route, qui soit dit en passant était pas du tout délabrée… C’était une route de cailloux, mais elle n’était pas particulièrement en mauvais état… Du moins pas jusqu’ici…!

On est donc enfin repartis, pensant être arrivés au bout de nos malheurs… Mais non !
Tout s’est très bien passé pendant un bon petit bout de temps, puis environ 16 km avant d’arriver à Varvarco, on a traversé une petite montée pleine de boue dans laquelle on s’est mis à patiner… Mais bon, on a poussé un petit peu et on est passé sans trop de difficulté. Sauf qu’en en sortant, on a remarqué que les pare-boues arrières étaient pleins de terre et que ça touchait la roue…! On a donc pris des bouts de bois pour dégager les roues, ce qui nous a encore fait perdre une bonne demi-heure…!

Et, voyant qu’il ne nous restait que 16 km, on n’a pas voulu faire demi-tour…! Sauf que bien évidemment, 2 km plus loin, ben on s’est embourbés pour de bon !
Dans un petit creux, la voiture s’est mise à patiner et à s’enfoncer dans la boue… Après plusieurs tentatives totalement vaines, on a essayé de faire demi tour, mais ce faisant, on s’est encore plus enfoncé dans la gadoue jusqu’à ne plus du tout pouvoir bouger…!

Et rebelote… On était à nouveau bloqués au milieu de rien, sans réseau, à 14 km de Varvarco, le village le plus proche…! Et pour tout arranger, il était déjà 17h30… La nuit tombant vers 19h, on était un peu dans la merde…! ^^
Cette fois, on a pas réfléchi. Charlotte est restée dans la voiture, moi je suis allé chercher de l’aide… Encore…! ^^

Heureusement, il y avait une maison à un petit quart d’heure de marche de la voiture. Je suis donc allé demander de l’aide ici. Malheureusement, ils n’avaient pas de voiture pour dégager la notre… Mais ils sont venus à 4 pour pousser la voiture !

Encore une fois, on a quasiment rien pu faire, ils ont tout fait à notre place ! Ils se sont dégueulassés pour nous sortir de cette gadoue… Ils ont mis les chaînes, ont poussé la voiture, ont vidés les pare-boue arrières… Ils faisaient juste tout pour nous, à tel point qu’on en était mal à l’aise et gênés…

Il nous aura fallu une bonne heure et demie pour parvenir à extirper la voiture de cette gadoue! Pour ce faire, on a utilisé les chaînes qu’on avait achetées la veille… Sauf que dans de la boue et des cailloux, ben les chaînes toutes neuves ou presque, elles n’ont pas survécu…! Elles ont éclaté en morceau…! Ca fait vraiment chier quand on se dit qu’on les a acheté LA VEILLE !!!!!!

Mais bon, au moins on a pu sortir la voiture de ce bourbier… Par contre, on a été obligés de faire demi-tour parce que sur les 2 prochains km, tout le chemin était boueux comme ici, du coup, il n’y avait juste aucune chance pour nous de passer…! 
 Et comme la nuit était tombée, on ne pouvait pas redescendre jusqu’à Andacollo pour prendre l’autre route et remonter jusqu’à Varvarco… Du coup, on est redescendus en une petite heure tout le chemin qu’on avait fait en pratiquement 10 heures ! Arrivés à Andacollo, on s’est trouvé un petit hôtel, où l’on a mangé, puis on s’est couchés en espérant que la journée serait meilleure après une bonne nuit de sommeil…

On a perdu une journée entière à cause de toutes ces emmerdes… On était vraiment super-saoulés ! Et comme on ne voulait vraiment pas se refaire une journée aussi pourrie, on s’est dit que demain matin, on commencerait par passer dans un office de tourisme pour savoir l’état de l’autre route avant de s’y lancer…!

 

Le lendemain, jeudi 30 mai, on s’est levé assez tôt. Après avoir déjeuné et quitté l’hôtel, on a commencé par passer dans un office de tourisme pour s’enquérir de l’état de la route menant jusqu’à Varvarco… On nous a répondu qu’il n’y avait pas de problème pour aller jusqu’à Varvarco. En revanche, on ne pouvait pas aller plus loin…! Les 40 km restant pour atteindre Aguas Calientes étaient totalement impraticable à cause de la neige…!
NNNNNNNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!!!!!

En bref, on a perdu 2 jours pour absolument RIEN !!! On n’a même pas pu aller faire ces thermes qui avaient l’air si bien ! 
Complètement démotivés, hyper saoulés et limite énervés de ne pas pouvoir aller faire ces thermes, on a décidé de revenir à Chos Malal, puis de rouler jusqu’à Malargüe, ce qui nous faisait environ 5 heures de voiture.

Sauf que voilà, à peine 10 minutes après avoir quitté la ville, la voiture s’est remise à faire un bruit anormal…! Encore une fois, on s’est arrêtés sur le côté de la route et on a ouvert le capot. Une partie de la courroie s’était cassé et tapait le capot en tournant… BORDEL, tu ne peux pas attendre qu’on soit dans une ville correcte plutôt qu’un petit village de montagne avant de te péter toi ?!!!!!!!
On était tellement saoulé qu’on en pouvait juste plus ! On était juste à bout !

Bref, on a fait demi-tour en utilisant le moins possible le moteur, pour éviter au maximum d’utiliser cette foutue courroie. Heureusement, c’était que de la descente, du coup, ben on l’a faite en roue-libre…! ^^
Arrivés au village, on est allés à la station service demander où l’on pouvait trouver un garage. Voyant notre problème, un argentin nous a mené au seul garage de la ville qui, évidemment était fermé !
On a attendu un moment, et, par chance, le garagiste est arrivé !

On lui a alors montré notre problème et, après avec regardé dans un catalogue quel était le modèle de notre courroie, il est allé regarder dans ses stocks.
 Bien entendu, il n’avait pas la bonne courroie ! Il nous a alors indiqué un autre magasin où l’on pourrait peut-être acheter la courroie que l’on cherchait, puis revenir ici pour l’installer…
On s’est donc rendu à ce magasin, où le type nous a dit que pour savoir le modèle exacte de notre courroie, il n’y avait pas d’autre moyen que de la démonter… Il nous a donc envoyé à un autre endroit où on nous a démonté la courroie….
En temps normal, enlever la courroie du moteur n’est pas très compliqué, sauf que ça n’est pas le cas de notre voiture ! Nan, dans notre moteur, la courroie fait le tour de l’essieu qui soutient le moteur, il faut donc le décrocher pour pouvoir la sortir !

En bref, c’était bien la galère et ça a pris une plombe… Tout ça pour retourner au magasin, lui montrer la courroie et avoir la réponse à laquelle on s’attendait:
« Je n’ai pas le bon modèle… Je peux vous le commander mais ça prendra au moins 2 jours…! »
On avait donc 2 possibilités:
– Soit on attendait 2 jours dans ce trou perdu où il n’y avait absolument rien à faire, et tout ça pour qu’il reçoive une courroie qu’il « pensait être la bonne » mais il n’en était même pas certain…!
– Soit on retournait jusqu’à Chos Malal, ville un peu plus grande à une petite heure de route, et on regardait là-bas si on pouvait réparer… Le truc, c’est qu’on n’était pas sûr que la courroie tienne le coup jusqu’à Chos Malal, et si elle pétait au milieu du chemin, ben on se retrouvait encore une fois bloqués au milieu de rien…
Mais bon, ne voulant pas attendre 2 jours, c’est ce qu’on a fait… On a coupé le petit bout de courroie qui tapait le capot et on est repartis… Enfin après avoir encore attendu une bonne heure que le garagiste nous remonte notre courroie et notre moteur…!

Par chance, on a réussi à atteindre Chos Malal sans nouveau problème, la courroie a tenu bon ! Une fois arrivés, on est passés devant tous les garages indiqués par le GPS de mon natel. Évidemment, on n’était pas dans les horaires argentins. Il était 14h30 et tout était fermé…! GÉ-NIAL !

Du coup, on est passés à l’office du tourisme pour demander à quelle heure ouvraient les magasins. Ils nous ont donné un garage qui ouvrait entre 15h30 et 16h. On avait donc une bonne heure à rien faire. On est donc allés s’installer dans le même hôtel qu’il y a deux jours et on a attendu…

Vers 16h30, on est ressortis pour aller changer cette foutue courroie. Encore une fois, le garagiste a dû démonter le moteur pour sortir la courroie et voir s’il avait la bonne, et encore une fois, il ne l’avait pas ! Il en avait quand même une, mais elle était un poil plus grande, mais bon, il a voulu essayer de la mettre pour voir si ça marchait, et, par chance, ça marchait nickel !

Il a aussi pu nous expliquer la raison de notre avarie mécanique. L’une des roues par laquelle passe la courroie a été frappée par un caillou et s’est tordue sur le coup. Du coup, en tournant, la corroie s’est usée en frottant contre le bout tordu, ce qui l’a déplacée puis cassée…
Il a donc limé la roue pour la réparer, puis a tout replacé et a changé la courroie… Le problème était définitivement réglé, OUF !

Changer la courroie aura pris près de 3 heures au garagiste, mais à 20h, c’était enfin réglé !

On a enfin pu aller manger, puis on est rentrés se coucher… On était KO. On a perdu 2 jours pour absolument RIEN !!!
Mais bon, une chose est sûre, on ne se fera plus jamais avoir comme ça. La prochaine fois qu’on doit aller en montagne pour faire quelque chose, on passera d’abord dans un office de tourisme pour savoir si on peut y aller avec notre petite voiture ou non ! ^^

Voili voilà pour le résumé de ces deux jours vraiment vraiment pourris !
Bisous à tous !
Ben et Cha’

0 Responses to Quand la voiture se rebelle…

  1. Olivier Schopfer dit:

    Quand je vois ces photos, je me dis que vous n’avez pas entièrement perdu votre temps…

Laisser un commentaire

2014 JamSession © All rights reserved.
%d blogueurs aiment cette page :