Malargüe et le Parque Provincial Payunia
par on juin 8, 2013 dans Voyage en Argentine

Bonjour bonjour,

Vendredi 31 mai, on a quitté Chos Malal pour se rendre à Malagüe, à environ 4 heures de route. Mais avant de quitter la ville, on a voulu voir s’il était possible de réparer nos chaînes… On a donc demandé dans une station service un endroit où on pourrait le faire et ils nous ont renvoyés à une Ferreteria. On avait découvert la veille qu’il y avait dans la boite de nos chaînes quelques maillons de rechange. Il y en avait même tout pile assez pour réparer nos chaînes ! ^^ Chance ? Naaaannn… ^^

On a donc donné les chaînes à réparer et quand on est revenus une heure plus tard, elles étaient comme neuves…! Tant mieux, parce qu’on devait passer au Chili bientôt !

Après cela, on s’est mis en route. On a rapidement remarqué qu’on avait vraiment bien fait de réparer les chaînes ! Aussitôt sortis de Chos Malal, la route était complètement enneigée… Il devait y avoir une bonne dizaine de centimètre de neige ! Heureusement, la route était plus ou moins dégagée… Oui, que plus ou moins… En fait, elle était dégagée, mais pas totalement, du coup, on roulait au milieu de la route… Et quand on croisait une voiture dans le sens inverse, ben il fallait se serrer sur le côté.

Après un peu moins d’une heure de route, on a passé un col, puis on est descendu de l’autre côté et, tout à coup, POUF, plus de neige, la route était parfaitement sèche ! C’est vraiment impressionnant comme on passe du tout au tout en un rien de temps…!

On a eu le droit à de la bonne route pendant la plupart du trajet, puis, après un énième col enneigé, sans prévenir, la route en béton a été remplacée par une route de terre en état plus ou moins bien… En fait, elle était en plutôt bon état, mais il y avait certains endroits « quelque peu délabrés » ! ^^
En effet, tout à coup, sans qu’aucun panneau ou quoi que ce soit d’autre ne nous avertisse, on s’est retrouvé face à face avec un monstre trou !
La route était juste coupée en deux ! Trois fois rien, il y avait juste un ravin de plus d’un mètre de profondeur sur 3 mètres de long qui traversait de part en part la route. On pourrait se dire que s’est parce qu’il s’agit d’une mini route perdue dans le fin-fond de l’Argentine, mais non, il s’agissait de la Ruta 40, la route la plus connue d’Amérique du sud…!!!!!

Un peu plus tard, après un peu moins de 6 heures de route, on a eu une autre surprise. En sortant d’un virage, on a soudainement traversé un pont qui passait au dessus d’un étroit canyon avec une rivière au fond. On s’est arrêté un moment pour prendre quelques photos, car c’était vraiment superbe.
Le canyon devait faire au moins 10 mètres de profondeur, pour 2-3 mètres de large maximum. C’était vraiment beau !

On est finalement arrivés à Malagüe après plus de 7 heures de route…! La neige nous a quand même considérablement ralenti…! On a fait un peu le tour de la ville pour trouver une auberge, et on s’est finalement installés dans un dortoir où nous étions seuls.

Une fois installés, on est ressortis pour aller dans une agence qui organise des tours en 4×4 dans le Parque Provincial Payunia qui est le parc avec la plus grande concentration de volcan au monde ! Il compte pas moins de 890 cônes volcaniques    répartit sur 4’500 km carrés !
On peut le visiter en voiture, mais comme le parc est à plus de 1500 mètres d’altitude, il risque d’y avoir de la neige, du coup, on a opté pour une expédition organisée…

Après cela, on est retournés à l’auberge où l’on a passé la fin de l’après-midi tranquilles.

Le lendemain, samedi 1er juin, on a donc fait cette expédition en 4×4. On est venu nous chercher à l’auberge à 8h30 ! On a commencé par aller récupérer 2 autres touristes dans leur auberge puis on est partis direction le parc. On a roulé une bonne heure pendant laquelle le guide nous a donné pleins d’explications sur le parc et les montagnes que l’on pouvait y apercevoir.

Il y a donc autour de Malargüe un réseau volcanique hyper dense ! Il y a au total 3 systèmes volcaniques. L’un donne des roches rouges, un autre des roches noires et le dernier des roches blanches… Les 3 ont des noms pas possibles que je n’ai absolument pas retenus. ^^
Les 3 systèmes se côtoient et se mélangent donnant des mixtes de couleurs vraiment superbes ! Malheureusement, les volcans étaient en grande parties couverts de neige du coup, on a pas toujours pu voir les mélanges des 3 systèmes…
On a même pas pu voir le système avec des roches blanches car elle sont aussi blanches que la neige et du coup, ben on les confondait…

On a fait une première halte au même canyon que nous avions traversé hier peu avant d’arriver à Malargüe car il s’agit en fait d’un canyon volcanique !
Il a été créé par la rencontre d’une coulée de lave avec le rio qui coulait ici. Le choc thermique dû à l’énorme différence de température à refroidit la lave et l’a faite se couper en deux, littéralement. Et effectivement, on voit très bien que le côté gauche du canyon s’emboîte parfaitement dans celui de droite…!
Le canyon fait 12 mètres de profondeur en hiver, 3-4 en été, pour 3 mètres de largeur environ.

Après quelques autres explications sur la coulée de lave, les roches avoisinantes et sur le canyon, on est remontés dans le 4×4 et on est partis en direction du sommet du volcan qui a produit la plus grande coulée de lave du monde, coulée longue de 37 km !
Malheureusement, on a pas pu aller jusqu’à son sommet à cause de la neige… Déjà à mi-hauteur du volcan, il y avait une bonne 30aine de cm de neige et on ne pouvait plus voir les chemins… D’ailleurs, on ne roulait pas sur la route, mais à côté de la route car avec le vent, toute la neige s’amasse sur la route, la rendant juste impraticable, même en 4×4 ! ^^

Mais après un moment, même autour de la route est devenu impraticable, du coup, on s’est arrêtés, on est descendus du 4×4 et on est allés faire un tour à pied dans la coulée de lave, où le guide nous a encore expliqué pleins de choses.

Après un petit tour à pied avec de la neige jusqu’aux genoux, on est retournés à la voiture et on a fait demi-tour… On a essayé de prendre un autre chemin afin d’avoir au moins une belle vue sur le volcan, mais malheureusement, le résultat fût le même: trop de neige, demi-tour…
En bref, on a pas pu voir ce volcan et c’est vraiiiiiiiment trop dommage ! Ca aurait été vraiment fou de se trouver au sommet d’un volcan dont le cratère mesure plus de 7km de diamètre !!! Mais bon, c’est la vie…

Vers 14h, on s’est arrêtés pour pique-niquer, puis on est redescendu en bas du volcan avec le 4×4. En route, on a eu la chance incroyable d’apercevoir un Quirquicho andino, un mini-tatou qui ne vit que dans les Andes !
Malheureusement, on l’a entrevu que quelques secondes, je n’ai pas eu le temps de prendre de photos ! Mais on a eu une chance incroyable de le voir car ces animaux sont sensés hiberner…! ^^

Ensuite, on s’est rendus à l’entrée d’un « Tubo de Lava », un tunnel de lave. Le guide nous a expliqué que c’était un tunnel fabuleux, long de près de 40 km mais quasiment inconnu du monde et très mystérieux car il est sur une propriété privée et le type qui possède le terrain refuse catégoriquement qu’on y pénètre et qu’on l’étudie !!! Il nous expliquait ça scandalisé, en disant qu’il ne comprenait pas comment un type pouvait être assez con pour priver le monde entier d’une merveille de la nature comme celle-ci et il a bien raison !
On était seulement à l’entrée, mais même juste à l’entrée, ça en jette ! C’est impressionnant, un trou noir long de plus de 40 km !!!
Le guide nous a expliqué qu’il était allé s’y promener une fois pendant 6-7 heures mais qu’il avait dû faire demi-tour car sa lampe de poche n’avait plus de pile…!^^
À l’intérieur, il fait 2-3 degrés toute l’année, même quand il en fait 30 dehors en plein été. Il y fait nuit noire et il n’y a pas la moindre plante ni le moindre animal ! On ne sait pas où débouche le tunnel ni s’il y a un ou plusieurs sorties……!
En bref, on n’en sait quasiment rien !

Après cet arrêt vraiment incroyable, on a repris la route direction Malargüe. On a fait une petite halte pour admirer de loin l’observatoire de l’espace profond. Malargüe possède l’un des ciels le plus clair de la planète, c’est pourquoi on y a installé un observatoire monstrueux avec un télescope pouvant voir à plus de 1’800’000 années-lumière !!!

On est rentrés à l’auberge après près de 10 heures de balade ! L’expédition était vraiment géniale ! Le guide était très sympa et hyper intéressant, on a vraiment adoré, même si on n’a pas pu tout voir à cause de la neige…!

Comme le guide a parlé toute la journée en espagnol, on est sortis de l’excursion passablement fatigués ! On a plutôt bien compris ce que le guide a dit tout au long de la journée, mais même si on commence à avoir l’habitude, rester concentré toute la journée pour traduire reste super fatiguant ! Du coup, une fois rentrés à l’auberge, on n’en est pas ressortis et on n’a pas trop tardé à se coucher !

 

Dimanche 2 juin, on a quitté Malargüe pour se rendre à l’hôtel Thermal de Los Molles, à une petite heure de route de là.
Le programme du jour était on ne peut plus simple: passer notre journée à se prélasser dans des eaux thermales de 39 à 42° Celsius…! ^^

On a quitté la petite ville de Malargüe vers 11h, on est arrivés à Los Molles vers midi. On a demandé une chambre mais le ménage n’était pas encore terminé… Du coup, on a dû attendre une petite demi-heure pour pouvoir nous installer dans notre chambre.
Une fois installés, on a voulu aller aux thermes mais non, elles ont des horaires d’ouverture… Elles sont ouvertes de 8h à midi et de 16h à 20h …! VDM

Du coup, on a attendu tranquillement dans notre chambre jusqu’à 16h…
À 16h30, on est allés aux thermes. Là-bas, on a été accueillis par une dame qui nous a expliqué comment les thermes fonctionnaient…
Il s’agit de thermes individuelles à 39°, 40° ou 42°C. L’eau contenant pas mal d’éléments n’étant bon pour le corps qu’à petite dose, on ne peut pas se baigner plus de 10 minutes d’un coup. On a donc 10 minutes de baignade, puis 10 minutes de repos…
La dame a ensuite pris notre tension pour voir si on pouvait se baigner ou non. Tout était bon, on est des bonshommes ! ^^

On est donc allés se changer, puis on s’est installés dans une therme privée avec de l’eau à 39°C.
C’est abusé comme ça fait trooooop du bien…! Mais on ne serait pas restés beaucoup plus que 10 minutes… Non pas que l’on ne soit pas bien dans de l’eau chaude, mais parce que comme il s’agissait de thermes individuelles, nous étions dans une sorte de petite cabine où la chaleur de l’eau chauffait l’air, qui, à la longue, devenait presque étouffante…

Après 10 minutes, la dame est venue nous demander de sortir. On s’est séchés, puis elle nous a demandé de nous allonger sur des chaises longues, avant de nous couvrir d’une couverture bien chaude pour pas que l’on attrape froid.

C’est abusé, après seulement 10 minutes de baignade, on était KO, comme si on avait fait une grosse randonnée toute la journée…! Ca nous a vidé de nos forces…! On était vraiment bien, complètement détendus, mais super fatigués… Limite si on ne s’est pas endormis pendant nos 10 minutes de repos ! ^^

Une fois nos 10 minutes de repos passées, on pensait que l’on pourrait refaire 10 minutes de bain, puis 10 de repos etc, mais non… C’est 10 minutes de baignade suivies de 10 minutes de repos et c’est tout, car plus peu devenir dangereux pour le corps à cause des éléments chimiques que contient l’eau…

Du coup, on est allés se rhabiller puis on est retournés dans la chambre, où nous sommes restés tout le reste de la journée… On était bien éprouvés par cette petite trempette, du coup, on a passé la fin de l’après-midi à se reposer, ce qui fait pas mal de bien aussi ! ^^

Au final, le temps passé dans les thermes aura été très nettement plus court que prévu, mais il aura fait tout autant de bien !

Demain, on reprendra un petit bain avant de rouler environ 5h pour arriver à Mendoza !

Voili-voilà,
Bisous
Ben et Cha’

0 Responses to Malargüe et le Parque Provincial Payunia

  1. Olivier Schopfer dit:

    Merci pour le récit et les belles photos.

Laisser un commentaire

2014 JamSession © All rights reserved.
%d blogueurs aiment cette page :